• jeudi1903
  • samedi2103

Dans une installation performative conçue avec l'Indonésien Jompet Kuswidananto, Meg Stuart fait résonner les échos d'événements traumatiques enfouis dans l'inconscient collectif.

Quelle est cette « tristesse céleste » qu'évoque la pièce de Meg Stuart ? Dans un langage gestuel fait d'émotions intenses, Meg Stuart s'interroge sur les traces invisibles des traumas sociaux et politiques durablement inscrits dans les êtres et les corps. Sous une voûte céleste illuminée de centaines de luminaires, dont la conception revient à l'artiste visuel et metteur en scène indonésien Jompet Kuswidananto, la chorégraphe déploie un voyage exploratoire vers les rives de l'irrationnel, de la transe et de la possession. De l'obscurité la plus totale à la clarté aveuglante, de la vocalise inarticulée à la chanson de variété, d'une danse tournoyant sur elle-même à une procession ritualisée, Meg Stuart fait entendre et percevoir la présence des fantômes qui se tiennent derrière le miroir du réel, et qui nous hantent.

 

Une coréalisation théâtre Garonne / La Place de la Danse.
Dans le cadre du festival In extremis.
Crédits

Conception et chorégraphie : Meg Stuart
Installation : Jompet Kuswidananto
Créé et interprété par : Jule Flierl, Gaëtan Rusquet, Claire Vivianne Sobottke
Musique live : Mieko Suzuki, Ikbal Simamora Lubys
Création lumière : Jan Maertens
Costumes : Jean-Paul Lespagnard
Dramaturgie : Jeroen Versteele
Design sonore : Richard König
Direction technique : Jitske Vandenbussche
Direction de production : Nara Virgens, Delphine Vincent

 

© Laura Van Severen
jeudi 19 Mars
20h
vendredi 20 Mars
20h30
samedi 21 Mars
20h30

théâtre Garonne

1, avenue du Château d'eau
31300 Toulouse

Métro A – Saint-Cyprien République

Situer le lieu

Tarifs

Tarifs : plein : 25 € / réduit : 16 €
Partenaires : 20 €   

Durée 1h50

Réserver vos places